POESIES D’EXIL

27 mai 2010

ETABLE

Publié par bacchelli dans Non classé

                       ETABLE

SARTENE

Collines accrochées aux pieds de vigne et aux

fruitiers sauvages

où l’écume de la mer monte jusque dans le nez

des arbres

où la naïveté espiègle des pierres déshabille les

chemins

où les lunes d’automne s’accrochent comme

des notes sur les fils à linge

où la pluie se casse les dents sur les crêtes

où le vent cherche toujours son nom

où le ciel est tellement nombreux que les toits

voyagent

SARTENE

là seulement

où mes yeux peuvent coudre des nuages sur

les engrêlures de l’horizon.

                                                              Mai 2001

Laisser un commentaire

respiration2 |
respiration3 |
Lirado |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tout commence par un mot ....
| collectionloulou
| Ma vie couché sur un papier...