POESIES D’EXIL

17 décembre 2010

COULURE

Publié par bacchelli dans Non classé

                   Coulure

Dans le froid blanc qui cristallise  les aches,

les vieux écossent la solitude.

Dans l’entablement d’un firmament aphteux

où  se niche parfois la nuit-cloporte,les enfants

préparent les clystères de l’âge.

Le gel avait fait un grand feu dans la neige

là même ou Mausole empile des cadavres

des jours.

Tous ces cippes que la géométrie difforme

de la mort profane!

Dans les tuyaux de l’hiver où rouillent les

ombres furtives ,les vents déflorent des araignées

de givre.

Tant dans l’ensellure de la mer que dans la pause

de l’horizon où la nudité se désosse,le temps

crée des îles d’heures.

La pluie avait refait un grand feu dans les cendres

de la neige là même où  Mausole embaumait

les cadavres des nuits.

Un sogde ivre urine goutte à goutte sur les

pierres brutes de Phidias.

                                           26 02 2009 

 

                                              

Laisser un commentaire

respiration2 |
respiration3 |
Lirado |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tout commence par un mot ....
| collectionloulou
| Ma vie couché sur un papier...